La revue scientifique Nature a publié fin 2020, une estimation de la population du manchot à jugulaire, basée à la fois sur des images satellites, des photos prises par des drones et des comptages in-situ.

Le manchot qui porte un casque

Les différentes données biométriques disponibles sur ce manchot, indiquent une taille de 68 à 76 cm pour un poids compris entre 3,2 et 5,3 kg. Si comme tous les représentants de la famille des Sphénicidés, le manchot à jugulaire a le dos sombre et le ventre blanc, il est en revanche caractérisé par cette unique jugulaire qui traverse sa gorge, reliant de chaque coté de sa tête le noir de cette dernière, rappelant un casque.

L’espèce a été décrite pour la science par le naturaliste Johann Reinhold Forster, membre de la seconde expédition autour du monde du britannique James Cook (1772-1775). C’est dans Historia aptenodytae publié en 1781 que la toute première représentation semble avoir été publiée. Il n’est pas impossible en revanche, qu’en 1738, les hommes des frégates L’Aigle et Marie observèrent des manchots à jugulaire lorsqu’ils se trouvaient dans le sud de l’océan Atlantique et découvrir l’île Bouvet (Bouvetøya). Jean-Baptiste Bouvet de Lozier, l’homme à la tête de l’expédition, écrit le 16 décembre 1738 :

« Nous vîmes des Pinguins, animaux Amphibies qui ressemblent à de gros Canards, mais qui ont des nageoires au lieu d’aîles. »

Les manchots à jugulaire au nombre de…

Une estimation de la population de cette espèce datant des années 1980, mentionne le chiffre de 7,5 millions de couples reproducteurs. BirdLife International évoquait plus récemment le nombre de 8 millions d’adultes. Ces dernières années, nombreux étaient les scientifiques et guides polaires qui constataient que les effectifs de certaines colonies semblaient diminuer de saison en saison, quand celles-ci ne devenaient pas presque désertes… Une mise à jour des données de la population globale du manchot à jugulaire devenait donc nécessaire.

Des scientifiques de quatre laboratoires de recherche américains et un britannique ont donc publié une nouvelle estimation de la population de manchots à jugulaire, se basant à la fois sur des images satellites, des photos prises par des drones et des comptages in-situ. Les résultats publiés dans la revue scientifique Nature fin 2020, évoque une population estimée à 3,42 millions de couples reproducteurs répartis sur 375 colonies différentes. En comparant les données des années 1980, les auteurs indiquent « que 45% des colonies ont probablement ou certainement décliné ».

La publication rappelle également que la plupart des colonies du manchot à jugulaire se trouve dans la partie sud-ouest de l’Atlantique, incluant la péninsule Antarctique, les Shetland du Sud, les Orcades du Sud et la Géorgie du Sud. L’espèce se rencontre également aux Sandwich du Sud et sur d’autres îles autour du continent Antarctique, jusqu’à la population isolée des îles Balleny et ses 124 couples reproducteurs.

Sources et références :

Mots-clés : , ,
par
0 commentaires

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *