48h dernières heures comme je les aime

Ma saison en Russie se termine aujourd’hui avec l’éternel sentiment de plaisir immense de retrouver les siens, et le souhait de rester encore quelques jours ici…
Ces 48h dernières heures se sont passées tranquillement et sereinement. Avant-hier, pour notre dernière sortie de ce voyage en mer d’Okhotsk et au Kamtchatka, nous sommes allés observer un groupe d’orques épaulards qui rodaient discrètement près d’une colonie de lions de mer de Steller. Ce fut un grand moment de nature avec ces dauphins prédateurs des mers froides. Alors que personne ne s’y attendait, un grand mâle est soudainement arrivé droit sur nous, avant de plonger à environ 20 m devant notre embarcation, pour finalement ressortir tranquillement à moins de 5 m sur la gauche : l’évent s’est ouvert, la respiration s’est faite entendre, le blanc du corps par transparence dans l’eau se faisait net et enfin cet immense aileron dorsal de plus d’1 m de hauteur, caractéristique des mâles.
Nous avons ensuite mis le cap dans la baie Russkaya pour y passer la soirée et une partie de la nuit. Dehors peu à peu la lune se levait alors que le soleil lui disparaissait derrière les sommets de ce grand fjord. Dans l’eau parfaitement plate, se reflétaient ces montagnes teintes de verdure et des derniers soupçons de neige de l’hiver dernier.
Après une courte nuit, c’est tôt hier que nous sommes entrés dans la baie Avacha par une lumière rasante, avec en arrière plan les immenses volcans Koryaksky (3 456 m), Avachinsky (2 741 m) et Kozielski (2 189 m), qui surplombent la ville de Petropavlovsk-Kamchatsky. La journée fut consacrée à un tour de ville à pied, accompagné de quelques personnes partageant cette vie de guide avec moi ; de sacrées rencontres ! Puis un dîner tous ensemble, avant de dire au revoir ce matin à l’équipe avec laquelle j’ai partagé ces 2 mois en Russie. Alors que le taxi m’éloigne du navire à quai, un dernier regard en arrière et j’aperçois sur le pont Sergey, Vassili, et Oleg, trois marins russes le bras en l’air et le sourire aux lèvres qui me disent encore au revoir dans leur bleu de travail. Le genre de gaillard à la poigne de fer, à la carrure semblable au pilier de soutènement d’un pont, mais au cœur si immensément grand ! Ils seront mon avant dernière belle image de cette saison en Russie, la dernière étant ces huit heures d’avion et onze fuseaux horaires au-dessus de la Sibérie, avec ses étendues désertiques, ses grands fleuves dont certains encore gelés, et au loin l’océan Arctique. Puis Moscou, Paris, le TGV, la maison ! Et dans 10 jours, les terres froides du Spitzberg, avant de nouveau la Russie pour quelques jours en septembre…

1 réponse
  1. Astéryx dit :

    Commentaire émouvant, d’autant plus que j’ai moi-même fait une croisière en juin dans ce pays et lié des relations. Cette photo de l’orque tout proche est magnifique et j’ai ré-appris que c’était un dauphin !

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *