Articles

Livre « Antarctique voyage en péninsule »

C’est avec un immense plaisir que nous vous annonçons la sortie de notre livre « Antarctique, voyage en péninsule » !

Il aura fallu près de deux ans de travail, pour que les 128 pages de cet ouvrage commun consacré à la péninsule Antarctique et aux îles Shetland du Sud, voient enfin le jour.

Fruit d’un travail collaboratif, ce livre-photos a été réalisé à huit, tous guides habitués des voyages polaires et avant tout amis. Destiné à vous faire voyager en péninsule Antarctique comme si vous y étiez, il vous emmènera de la Terre de Feu jusqu’au continent blanc après avoir franchi le passage de Drake. A l’aide de photographies, nous avons souhaité dresser un portrait des plus beaux sites de cette région du monde, tout en évoquant leur histoire, la faune et la flore que l’on y rencontre, et bien sûr les glaces…

Merci à Alain, Sophie, Petra, José, Nicolas et surtout Raphaël, coordinateur du projet, pour ce travail d’équipe passionnant, qui se concrétise enfin !

► Informations techniques et commande dans la rubrique Boutique.

Un tigre dans l’avion

Je l’avoue, une des mes occupations lors des longs vols, est bien souvent de regarder les derniers films à l’affiche… Il n’y avait cependant rien de très intéressant lors de ce transit entre Londres et New-York. J’ai alors décidé d’occuper autrement ces 7h30 de survol de l’Atlantique, en ouvrant le livre « Le tigre » de John Vaillant, glissé à la hâte dans mon sac juste avant de quitter mon domicile. Quatre heures plus tard, après avoir été interrompu cinq fois par ma voisine britannique désirant se rendre aux toilettes, les 428 pages de cet ouvrage étaient terminées…

Résumé : Hiver 1997. Un habitant d’un village isolé dans les forêts de l’Extrême-Orient russe, proche de la frontière chinoise, se fait dévorer par un tigre de Sibérie. Le comportement quasiment humain du fauve laisse à penser qu’il poursuit une sorte de vengeance. Iouri Trouch et ses hommes de « l’inspection Tigre » se lancent sur la piste du dangereux animal, afin d’éviter de nouvelles victimes. John Vaillant suit l’équipe d’inspecteurs dans leur traque du tigre, à travers la forêt dense et le froid mordant. La population de cette région, minée par la pauvreté et les dures conditions de vie, s’est tournée vers le braconnage et l’abattage illégal de la forêt pour survivre. Elle a contribué à la disparition progressive du tigre de l’Amour (ou de Sibérie), qui figure aujourd’hui sur le liste rouge des espèces menacées en Russie. A travers ce récit d’aventure haletant, basé sur une histoire vraie, Vaillant révèle la dévastation économique, culturelle et environnementale de la Russie post-soviétique.

Je dois avouer (oui une seconde fois), que j’ai dû tenter de retenir quelques larmes, alors que je refermais le livre…

« Excusez-moi, je souhaiterai me rendre aux toilettes. »
« Bien sûr Madame » lui répondis-je (pour la 6ème fois ;-))

Quelques minutes plus tard, j’avais le sentiment au fond de moi que je n’aurai peut-être pas dû lire ce livre bouleversant, émouvant et surtout édifiant, quand à la place de l’homme sur cette planète.

« Tandis que, dans la clairière, l’homme distingue les contours familiers de sa demeure, son chien se met soudain à l’arrêt. Ils chassent ensemble depuis longtemps et l’homme n’a aucun mal à comprendre qu’une créature rôde aux alentours de la cabane. Alors dans la nuit noire retentit un grondement qui semble venir de partout à la fois. »

► En savoir plus sur ce livre, son auteur et l’éditeur ici.

Livre Instants d’une vie au bord du monde

Et bien voilà, c’est fait ! Alors que je bouillais d’impatience de vous l’annoncer depuis plusieurs mois, je peux aujourd’hui officiellement vous en faire part ; mon livre Instants d’une vie au bord du monde vient de paraître.

C’est, vous vous en doutez, avec un immense (le mot est trop faible) bonheur que je vois enfin ce projet arriver à son terme, trois ans après mon retour d’hivernage à Dumont d’Urville en Terre Adélie.

Cet ouvrage, accompagné d’une soixantaine de photos, reprend mes écrits quasi quotidiens de cette formidable aventure scientifique et humaine, que j’ai vécu quinze mois durant en Antarctique. Si à l’origine il n’était pas prévu de les publier, j’ai peu à peu après mon retour, décidé de laisser une trace aux amis, proches, curieux, rêveurs ou tout simplement amoureux des grands espaces et de la nature.

Je tiens à exprimer un grand merci aux Editions de l’Escargot Savant, sans qui ce projet qui me tenait particulièrement à cœur n’aurait jamais vu le jour. Merci également à Stéphane Victor pour sa préface, ainsi qu’à Agnès et Pierre pour leur aide à la finition de ce livre.

Toutes les informations (aspects techniques, résumé, achat…) sur le livre sont consultables dans la rubrique « Boutique ».

L’odyssée de l’Endurance

Après en avoir parlé à plusieurs personnes lors de mon vernissage, voici le premier livre que j’ai lu concernant la littérature polaire : l’Odyssée de l’Endurance, d’Ernest Shackleton. Pour tout dire, je l’ai dévoré en deux jours (et une nuit). Cet ouvrage reste à ce jour le plus beau et passionnant récit d’aventure que j’ai pu lire.

En voici un résumé : août 1914, la Grande Guerre éclate. Mais Sir Ernest Shackleton s’est lancé dans une toute autre bataille : la traversée du continent Antarctique de bout en bout. Et de l’échec total de cette tentative, il va faire une victoire : la plus stupéfiante épopée de toute l’histoire de l’exploration polaire. Leur navire, l’Endurance, bientôt broyé par les glaces, Shackleton et son équipage passent plus d’un an bloqués sur un pack à la dérive, balayé par le blizzard. Lorsque enfin ils libèrent leurs chaloupes, c’est pour affronter quinze jours d’une mer déchaînée, brûlés par la soif et les embruns glacés. Leur terre promise, la Géorgie du Sud, ils devront en escalader les glaciers, dévalant champs de neige et précipices avant de parvenir à bon port. Modeste dans sa grandeur, avec un réalisme et une ténacité typiquement britanniques, dans ces paysages et ce climat d’apocalypse, il fait souffler un vent chaleureux d’humanité.

Je ne vous en dis pas plus quand à la suite de cette histoire…

Si cette épopée de Shackleton en mer de Weddell reste l’une des plus connues de l’histoire de l’exploration de l’Antarctique, il ne faut pas oublier que Shackleton n’en était pas à sa première aventure polaire. Il avait en effet dirigée l’expédition Nimrod (1907-1909) basée au cap Royds en mer de Ross, après avoir pris par à l’expédition Discovery menée par le capitaine Scott entre 1901 et 1904.

Titre : L’Odyssée de l’Endurance
Auteur : Sir Ernest Shackleton