De l’émotion à la base Dumont d’Urville

Le premier voyage vers l’Antarctique de cette année 2016 nous a mené vers l’Est du continent, au sud de la Tasmanie. La baie du Commonwealth et la Terre Adélie étaient au programme pour ces quelques jours dans la région.
Le 23 janvier au réveil, nous sommes rapidement montés à la passerelle du navire et là, à quelques centaines de mètres, au sommet de l’île des Pétrels, se trouvait la base Dumont d’Urville. Une vision autant incroyable qu’improbable…

Le 11 février 2007, lorsque Samuel regardait la base Dumont d’Urville s’éloigner à l’horizon, il s’était fait à l’idée qu’il ne reviendrait sans doute jamais. Agnès elle, rêvait de fouler un jour cet endroit, sans peut-être plus y croire alors que les années passaient et pourtant…
Sur le ponton de la piste du Lion, Olivier le chef de district, Julien l’ornithologue et Jean-Jacques le gérant postal nous attendent; premières poignées de main et premiers rires. Après leur venue à bord du navire pour briefer les passagers sur le déroulement de la journée, nous voici sur l’île des Pétrels. La passerelle n’a pas changé ; raide au début, elle passe juste au-dessus des manchots Adélie. Grisou le manchot au dos gris est toujours là, sur le même nid, 10 ans plus tard ! La base approche. Nous sommes à présent devant le bâtiment principal et nombreux sont les passagers qui posent devant le buste de Dumont d’Urville. La porte du séjour s’ouvre… Le premier visage est, oh surprise, familier ! Il s’agit de Simon le plombier qui hiverna avec Samuel en 2006. Les premiers pas dans le séjour se font hésitant. Volonté de ne pas perturber le quotidien du personnel de la base ou impression de faire un bon dans le passé ? Les deux peut-être. Mais aussi pour Samuel l’impression de n’avoir jamais quitté cet endroit. Et pour Agnès, de le découvrir enfin en « 3D ». C’est alors qu’Olivier apporte une tarte au chocolat portant une bougie et sur laquelle est écrit: « De retour après 10 ans ». De simples mots qui touchent, alors que tout le monde entame un « Joyeux anniversaire… » La tarte à la main, la tête s’incline, l’émotion monte, les yeux rougissent, la bougie est soufflée.

Rodney, le chef d’expédition avec le grand cœur que nous lui connaissons, nous laisse à tous les deux une journée libre afin de profiter au maximum de ces moments. Olivier nous fait visiter la base, son bureau, les dortoirs, les laboratoires, la cabane historique Marret. Il nous invite également à déjeuner sur la base. Comment aurait-on pu refuser ? Les mêmes plats et couverts, le même vin australien, l’omelette du cuistot, les mêmes sons qui s’élèvent de la salle, les rires, la bonne humeur… On s’y croirait… Mais oui, nous sommes bien là ! Dans la bibliothèque un classeur avec les photos des missions est exposé. Comme par hasard, Simon l’a ouvert à la page de la 56ème mission de 2006.
Rapide passage au laboratoire de biologie marine (Biomar). La porte à peine ouverte et déjà les odeurs familières. Qui a dit que le pétrel des neiges et le damier du Cap sentaient mauvais ? Ces odeurs qui marquent à vie, nous avaient pourtant manqué. Julien est là, derrière son ordinateur. Nous retiendrons son sourire et son accueil dans l’ancien bureau de Samuel. Au mur des photos qui n’ont pas bougé de place, avec les portraits des anciens biologistes, auxquelles sont venues s’ajouter de plus récentes. Malheureusement le temps passe vite, il vaut déjà quitter Biomar. Un appel radio nous convoque au dortoir été où Patrice nous a donné rendez-vous. Samuel et Rodney s’y rendent, mais Agnès doit se rendre à la gérance postale pour finaliser les comptes et régler les achats de timbres et de souvenirs des passagers. L’hélico arrive spécialement de Cap Prud’homme et Patrice en descend pour nous dire bonjour et échanger quelques mots.
Enfin tout le monde se retrouve au ponton de débarquement, il est temps de regagner le navire. Olivier est le dernier à lever la main en guise d’au revoir.
Le commandant lève l’ancre, nous quittons l’Antarctique et partons vers le Nord. Nous restons tous les deux sur le pont arrière, à regarder la base s’éloigner et disparaitre derrière un iceberg. L’émotion nous prend, les mots nous manquent…

Nous tenons à citer ici quelques personnes et à leur adresser un message personnel après cette visite à Dumont d’Urville :
Olivier, chef de district : merci pour la coordination et l’organisation de cette belle journée qui fut une réussite. Merci pour tes marques d’attention, la visite privée de la base et l’idée de la tarte… Merci aussi d’avoir sensibilisé le personnel de la base à notre visite et au tourisme en Antarctique en changeant peut-être quelques idées préconçues. Nous sommes heureux de cette journée, à la fois pour nous et pour les visiteurs qui nous accompagnaient, et qui ont été ravis de l’accueil qui leur a été réservé.
Julien, ornithologue : les oiseaux de l’archipel sont entre de très bonnes mains, aucun doute ! Merci pour ton accueil, ton sourire, ta spontanéité et ta sensibilité. Dommage que le temps nous ait manqué pour baguer ce poussin de labbe que tu avais « gardé pour nous »…
Simon, plombier : ton sourire en coin alors que nous franchissions la porte du séjour restera un beau souvenir. Merci pour les cadeaux et les attentions. Rendez-vous en France à la maison !
Alain, technicien : également hivernant de la mission de Samuel en 2006. Garde ton grand sourire, ça fait plaisir !
Anthony, technicien : merci pour l’accueil et ton enthousiasme à revoir un « ancien ».
Le pâtissier (désolé pour le prénom égaré) : une tarte au chocolat qui fut un régal, merci pour le geste.
Patrice : incroyable, malgré toutes tes responsabilités et ton travail, que tu aies pris le temps de faire cet aller-retour en hélicoptère depuis le continent pour nous dire quelques mots et nous serrer la pince (comme on dit). Merci beaucoup, nous étions très touchés !
Thierry : désolé de ne pas avoir eu de temps pour parler plus longuement, ravi de t’avoir recroisé !
Rodney, chef d’expédition : sans toi, nous n’aurions sans doute jamais remis les pieds à DDU. Merci de nous avoir fait confiance pour encadrer ce voyage et de nous avoir laissés profiter de cette journée.
Enfin, un grand merci à tout le personnel de la base qui a chamboulé son emploi du temps pour accueillir ces touristes d’un jour. Le soir même à bord, certains passagers nous ont confié que ce fut la meilleure journée de leur voyage.
Alors simplement M E R C I ! Nous n’oublierons pas ce 23 janvier 2016…

Samuel et Agnès

Cliquez ici pour visiter la base Dumont d’Urville à pied comme si vous y étiez…

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *