Le rocher aux fous de Saint Kilda

Me voici de retour d’un séjour dans les îles britanniques…
De loin il paraît blanc, pourtant il n’a pas neigé depuis des mois dans l’Atlantique nord. De loin, cette falaise de 170 mètres de hauteur est impressionnante, battue par les vagues et les vents. Ce rocher est baptisé Stac Lee ; un stack (en français) en géologie est une aiguille ou un pilier de pierre détaché du littoral par érosion. Le Stac Lee forme avec d’autres îles alentours, l’archipel de Saint Kilda situé à l’ouest de l’Ecosse (voir sur une carte).

Peu à peu lorsque l’on s’en approche, on s’aperçoit que la couleur grise
(d’où le nom de Lee), est tout simplement due au guano de milliers d’oiseaux marins. La principale espèce qui s’y reproduit est le fou de Bassan, dont la colonie atteindrait pas moins de 50 000 individus ! Sont également présents des guillemots de Troïl, des mouettes tridactyles, des pingouins torda ainsi que des fulmars.
Les habitants de l’archipel de Saint Kilda, qui résidaient essentiellement sur l’île Hirta depuis 3 000 avant J.-C. et jusqu’en 1930, collectaient les oeufs, les plumes, la viande et le guano de ces oiseaux. Sur le Stac Lee, seuls les personnes les plus expérimentées étaient envoyées afin de parcourir cette falaise parfaitement verticale. Un écrivain écossais mentionne même l’existence d’un abris pour 2 personnes à 120 m de hauteur !

2 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *