Articles

Lunga et ses oiseaux

Lunga, est une île de l’archipel des Treshnish se trouvant au sud-ouest de l’Ecosse. Une halte permet de se rendre compte rapidement pourquoi cette île a été désignée site d’intérêt scientifique particulier et zone de protection spéciale ; c’est un sanctuaire pour oiseaux ! L’ambiance y est d’ailleurs particulière avec des centaines de volatiles qui vous frôlent la tête, tentant tant bien que mal d’ajuster leur course malgré les assauts du vent…

Des nombreuses espèces d’oiseaux sont présentes en période de reproduction, mais également en hiver (bernache nonnette). C’est ainsi que se reproduisent le macareux moine, le pingouin torda, la guillemot de Troïl, la mouette tridactyle, le cormoran huppé, le grand labbe, le fulmar boréal, le goéland marin et l’océanite tempête. Il est possible également d’observer des phoques gris, puisque l’archipel est une zone importante de mise-bas pour cette espèce, avec environ un millier de naissances chaque année.

 

Grimsey et ses macareux moines

Grimsey est une petite île d’une surface de 5,3 km² située à 40 km au nord de la côte de l’Islande, juste sur le cercle polaire arctique. L’île est habitée par une centaine d’habitants qui travaillent principalement dans le secteur de la pêche et de la transformation du poisson, l’agriculture et dans une moindre mesure, la collecte des oeufs d’oiseaux de mer. Grimsey est reliée à l’Islande trois fois par semaine par un ferry, mais également par quelques vols réguliers sur Akureyri grâce à un petit aérodrome. Les côtes de cette île du bout du monde, sont surtout bordées de falaises abruptes, refuge idéal de milliers d’oiseaux. On peut ainsi y observer la mouette tridactyle, le pingouin torda, le goéland bourgmestre et le fulmar boréal. Mais le résident principal de l’île, qui est également l’emblème de l’Islande, reste le clown de mer, mieux connu sous le nom de macareux moine.

Je garderai un souvenir ému et enchanté de mon passage à Grimsey et notamment ces nombreuses heures passées allongé dans les pissenlits au bord des falaise à observer ce superbe oiseau du nord aux attitudes et couleurs toutes plus extraordinaires les unes que les autres. Et quand un pluvier doré ou un phalarope à bec étroit vient en plus à quelques mètres de vous, sous un soleil de plomb, l’émerveillement est alors à son paroxysme.