Le loup de Meziadin

En guise de conclusion de ces quelques semaines passées en Colombie-Britannique, voici le partage d’une journée toute particulière et d’une rencontre…
Ciel bleu, soleil, pas de vent ; le genre de journée qui vous donne envie d’aller du coté du lac Meziadin, au bord de la Highway 37 qui part vers le Yukon et l’Alaska. Ce grand lac (20 kilomètres de long pour 2,5 de large) est bordé d’arbustes riches en baies et d’arbres centenaires, d’où sont juchés quelques pygargues à tête blanche. Ses eaux d’un calme religieux, sont de temps à autre perturbées par quelques sauts de saumon faisant légèrement et délicatement onduler la surface. Au loin, les doux chants d’un groupe de plongeons imbrins se font entendre. Votre kayak à l’eau, vous vous éloignez lentement de la berge. Après une heure d’une balade de laquelle vous rentrez assommé par le silence, vous vous prenez à rêvasser assis sur un tronc d’arbre mort au bord de l’eau. Du bruit derrière vous… Vous vous retournez : un grizzli vous a vu et de peur (ou de surprise), court se réfugier dans les bois. Quelques minutes plus tard, le voici dans l’eau à son tour pour entamer une incroyable traversée du lac à la nage ; 2,5 kilomètres en 45 minutes, là sous vos yeux…

Le temps passe et il faut (déjà) songer à rentrer. Tout juste avant la tombée de la nuit, au bord de la route, vous surprenez un ours noir en train de savourer des myrtilles dans un talus. Vous vous dites que cette journée fut juste extraordinaire !
Une journée qui avait commencé le matin même par une rencontre mémorable. Là, devant vous, à quelques dizaines de mètres : un loup ! Il arrive, vous regarde, vous dépasse et disparaît… tout simplement.

Une rencontre exceptionnelle qu’il est difficile d’imaginer dans nos contrées, notre société ayant une fois encore oublié quelques règles de politesse et de courtoisie pour son retour dans nos montagnes. Drôle de façon qu’à trouvé l’homme en effet, d’utiliser le fusil pour lui souhaiter la bienvenue.
Croiser le regard d’un loup, est quelque chose à couper le souffle et dont il n’est pas certain qu’il soit possible de se remettre…

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *