Labbe parasite

Labbe parasite au Spitzberg
Labbe parasite dans la toundra au Spitzberg

S’il y a un prédateur redoutable en Arctique, c’est bien lui, le labbe parasite. Alors que la plupart des espèces d’oiseaux nichent dans des falaises au Svalbard (mis à part certains canards et quelques oies), lui a plutôt tendance à occuper un terrain parfaitement plat lui permettant de jeter un coup d’œil aux alentours aussi bien pour surveiller son nid au sol, que pour scruter son terrain de chasse. Pour subvenir à ses besoins, il va soit prédater d’autres oiseaux, soit utiliser une technique bien particulière qui consiste à poursuivre en vol les sternes arctiques, mouettes et autres guillemots afin de leur faire peur et qu’ils recrachent leur pitance dument pêché en mer. Lorsque j’ai revu cet oiseau pour la première fois cette saison, j’ai retrouvé un air familier et sévère qui m’a tout simplement rappelé son proche cousin de l’hémisphère sud : le labbe de McCormick. Au final, j’ai surtout évité de l’approcher, ayant encore en tête mais aussi sur les mains, les stigmates de son redoutable bec…

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *