L’île Devon et son désert minéral

C’est en face de l’île de Baffin, sur la rive nord du détroit de Lancaster qui marque le début du passage du Nord-Ouest, que se trouve l’île Devon. Cette dernière avec 55 247 km², serait la plus grande île au monde inhabitée. En 1616, l’île est signalée pour la première fois par un européen grâce à Robert Bylot. C’est ensuite un explorateur anglais qui cartographia la côte Sud de l’île en 1819-1820.
L’île Devon est caractérisée par son relief et sa géologie particulière ; elle est cernée de hautes falaises de gneiss de 300 à 600 mètres d’altitude, le point culminant s’élevant à 1920 mètres. Ce que l’on remarque également lorsque l’on regarde cette île, c’est le fait qu’elle soit un véritable désert minéral ; des champs de pierre et des éboulis à perte de vue, très peu de végétation et quelques espèces animales (ours polaires, phoques, boeufs musqués, oiseaux…).
C’est d’ailleurs sur cette île que depuis 2001, un programme de recherche intitulé Flashline MARS a lieu. Pour les scientifiques, l’île Devon possède en effet l’environnement qui se rapproche le plus de celui de la planète Mars. C’est donc là que des personnes se relaient l’été pour simuler la vie et des activités qui pourraient avoir lieu dans le futur sur la planète rouge.
Notons enfin que c’est sur cette île du grand Nord canadien, qu’ont été découvert en 2007 des fossiles de Puijila darwini, l’ancêtre des phoques actuels.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *