Nouvel effondrement de l’ice shelf de Wilkins

Je n’avais pas spécialement prévu de reparler des ice shelves, mais voilà que l’actualité m’y oblige. En effet, entre le 28 et le 29 février, une surface d’environ 400 km2 de glace s’est désintégrée en gros et petits icebergs en moins de 24 heures. Le morcellement a été précédé par la formation d’une nouvelle faille qui est apparue d’abord sur l’imagerie du radar ASAR d’Envisat et du radar PALSAR du satellite japonais ALOS en juillet 2007. Résultat de cet effondrement, le reste de la barrière, qui représente une surface d’environ 14 500 km2 n’est plus retenu que par une bande de glace de 6 km. Celle-ci est déjà fissurée et au cours du récent morcellement, cette fissure était connectée aux failles qui existaient déjà auparavant sur la banquise.
La barrière de Wilkins est une vaste plaque de glace flottante bordant la péninsule Antarctique au sud de l’Amérique du Sud. Comme il s’agissait déjà de glace flottante, cet événement ne causera pas d’élévation du niveau de la mer. Néanmoins, les barrières de glace de la péninsule Antarctique sont prises en sandwich entre un air dont la température augmente rapidement et un océan qui se réchauffe, ce qui en fait des indicateurs majeurs du changement climatique actuel.

Animation de l'effondrement de l'ice shelf de Wilkins
Effondrement de l'ice shelf de Wilkins
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *